FESTIVAL ACCÈS)S(

Depuis l’an 2000, la manifestation promeut la création artistique électronique et numérique. Vingt ans passés à rendre accessible cette culture digitale mais aussi à construire un réseau de partenaires locaux et à faire vivre un festival annuel dans leurs murs. Expositions, concerts, conférences, ateliers, rencontres : cette vingtième édition célèbre le melting point, le point de fusion entre nos outils technologiques et nous. Quitterie Charpentier, chargée de communication et de médiation, déroule trois événements du festival.

Propos recueillis par Séréna Evely

« Melting Point* » au Bel Ordinaire
« L’exposition visible dans la Grande Galerie du Bel Ordinaire réunit 10 duos d’artistes : 20 oeuvres pour les 20 ans du festival. Et puisque Internet a dorénavant une histoire, l’exposition initie des rencontres et des dialogues entre ancienne et nouvelle génération. S’y croisent donc les masques et filtres Instagram d’Anne Horel, la tentative d’un baiser sur les réseaux par Annie Abrahams, Mark Zuckerberg devenu, sous les doigts de Marion Balac, président des États-Unis (!) ou l’araignée robotisée et le bracelet connecté de Fabien Zocco…
L’exposition présente aussi, parmi d’autres, une oeuvre d’Aurélien Bambagioni : pour Comeback, l’artiste a peint un gros point bleu devant le Bel Ordinaire avant de se prendre en photo devant, d’activer son système de géolocalisation et de la poster sur Twitter. Depuis 2009, il y poste toutes les photos des lieux où il se rend, invitant les visiteurs à devenir des enquêteurs, à décoder la longitude et la latitude des données et ainsi à s’interroger sur leur propre traçage.
b0mb d’Émilie Brout et Maxime Marion est une vidéo générative de requêtes de moteur de recherche basée sur un poème de la Beat Generation et qui génère des images. Poietic Generator d’Olivier Auber est, quant à elle, une oeuvre (collaborative et interactive) de 1986 sur les jeux vidéo : les visiteurs créent des visuels en se déplaçant.
L’exposition présente aussi des sculptures, il n’y a pas que des écrans : Les Cyborgiennes, sculptures connectées d’Agnès de Cayeux et Laura Mannelli par exemple ou Deep Body ou “Je ressemblerai à ce que vous avez été !” version 2 de Grégory Chatonsky qui présente un visage en creux créé par une intelligence artificielle… »

Alain Damasio à La Centrifugeuse et au cinéma Le Méliès
« D’après Les Furtifs, ouvrage d’anticipation d’Alain Damasio, Entrer dans la couleur est un spectacle, un concert littéraire qui n’a rien de numérique ; c’est dans son sujet que la question est posée. À La Centrifugeuse, l’écrivain lit des extraits de son roman tandis que Yan Péchin, musicien, l’accompagne à la guitare électrique et acoustique.
Le lendemain, une rencontre est organisée avec Alain Damasio au cinéma Le Méliès. C’est également au Méliès qu’une sélection des films des artistes-étudiants du Fresnoy [Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains forme à la production et à la diffusion artistiques, audiovisuelles et numériques, NDLR], rarement visibles dans des salles de cinéma, sera projetée ; Les Sentinelles du Panorama 22 explorent les rapports entre arts et sciences.
À La Centrifugeuse, aussi : Florent Colautti, qui était en résidence à Ampli (en collaboration avec accè)s( et La Centrifugeuse) ainsi qu’à Poitiers en mai dernier au Lieu Multiple, présentera la première nationale des Corps mécaniques dans le cadre du festival. Florent Colautti robotise ses instruments, les actionne : c’est un concert d’instruments dont il est le chef d’orchestre. Il a d’ailleurs pu être accueilli pendant le confinement en résidence car il n’était accompagné que de ses machines ! »

« XX », exposition en ligne
« Pour le festival, différents commissariats ont été pensés à partir d’une même thématique : Jean-Jacques Gay, directeur d’accès)s(, chapeaute le tout et a conçu l’exposition physique “Melting Point*” au Bel Ordinaire ; Agnès de Cayeux a géré “L’atelier Ordinatrice” (accessible jusqu’au 7 novembre) ; Thomas Chenesseau (fondateur du mouvement SPAMM) a quant à lui créé l’exposition en ligne.
Cadeau d’anniversaire : “XX” [prononcez “vingt”] a été lancée le 8 octobre pour les vingt ans du festival ! On a vu pendant le confinement des oeuvres censées être tangibles, créées pour être vues en vrai et c’était frustrant. Là, l’idée est de voir en ligne des oeuvres créées pour ce médium. “XX” est donc une exposition d’oeuvres web-natives, conçues pour le web par une vingtaine d’artistes internationaux tels que JODI, Rafael Rozendaal, Olia Lialina, Claude Closky, Françoise Gamma ou Ivan Argote et on y parle de bugs, de géolocalisation, de tutoriels de maquillage ou de dessins dans le paysage… Avec cette exposition virtuelle, l’idée est aussi d’exporter accè)s( en dehors de Billère et de l’agglomération paloise. Le web occupe dorénavant une place de choix et cela est également visible dans la résidence en ligne qui a été lancée il y a quelques mois : un artiste s’empare du compte “résidence” d’accè)s( sur Instagram et y poste des images… »

« Melting Point* le carrefour des internet)s( », festival accès)s( #20,
jusqu’au samedi 12 décembre, Pau (64).
Visites guidées les 7 novembre, 5 et 12 décembre.
Ateliers créatifs les 7 novembre et 12 décembre.
accès)s( se déploie également sur le web avec une exposition en ligne : xx.acces-s.org
acces-s.org