Le Frac Nouvelle-Aquitaine Méca accueille l’exposition « Comment j’ai trouvé certains de mes rochers ; parmi d’autres œuvres de la collection du Frac », plongée singulière dans l’univers du plasticien bordelais.

Il aura suffi d’un souvenir d’enfance, en l’occurrence la lecture d’une planche de dessins de rochers dans le célèbre Voyage au Mont-Perdu (1801) de Louis Ramond de Carbonnières — l’un des premiers explorateurs de la haute montagne pyrénéenne — pour déclencher une espèce de travail de recensement.

Cette quête est partiellement présentée au Frac, à travers quelques-unes de ses œuvres emblématiques, réalisées à partir des rochers, sitôt retrouvés, sitôt interprétés de retour à l’atelier.

L’ensemble est conséquent et protéiforme : peintures « photo-réalistes » ou abstraites ; sculptures « ready-made », en granit ou façonnées dans le marbre, de toutes les tailles et suivant des dégradés de couleurs ; dessins au trait ; courbes de niveau traduites dans un tapis ; cartographies ; miniatures de rochers dépliés pour en comprendre le volume et épinglés comme des papillons dans une boîte.

Un ensemble complété par des pièces issues de la collection du Frac, dont le lien serait cette inspiration mystérieuse venue des montagnes…

« Bernard Cazaux : Comment j’ai trouvé certains de mes rochers ; parmi d’autres œuvres de la collection du Frac », jusqu’au samedi 21 août, Frac Nouvelle-Aquitaine Méca, Bordeaux (33).

fracnouvelleaquitaine-meca.fr