PÉRIGORD-LIMOUSIN Aux marches du Massif central et tourné au sud vers la douceur Aquitaine, le parc naturel régional Périgord-Limousin enjambe la Dordogne et la Haute-Vienne. À l’ouest de Limoges, il offre un territoire préservé, aux dimensions humaines et au riche patrimoine. 

Avec Angoulême à l’ouest, Limoges au nord-est et Périgueux au sud, le parc naturel régional Périgord-Limousin est à cheval sur deux régions naturelles : la Haute-Vienne, au nord, dans le Limousin, située en totalité dans le Massif central ; et la Dordogne, au sud, correspondant approximativement à la région naturelle du Périgord, en Aquitaine.

Forêts de châtaigniers (l’arbre devenu emblème du parc), rivières aux eaux vives, bocage limousin, vallées périgourdines (couvrant le Haut Périgord et une partie de l’est du Périgord Vert), plateaux calcaires parsemés d’orchidées au printemps, il offre une mosaïque de paysages surprenants où se développent une faune (16 espèces de chauve-souris, 110 espèces d’oiseaux et des visons d’Europe) et une flore variées et abondantes comme les landes à bruyère, notamment la bruyère ciliée.

Au titre des nombreuses découvertes : circuits de randonnée, orpaillage, châteaux poétiques, forteresse de troubadour comme le château de Lastour avec ses nombreuses fêtes médiévales, moulins à huile ou encore le célèbre cratère géant laissé par une météorite de 1 500 m, il y a 200 millions d’années, l’astroblème de Rochechouart-Chassenon, surnommé la « météorite de Rochechouart ».

Terre de tradition aux savoir-faire originaux (couteau de Nontron, gants de cuir à Saint-Junien, porcelaine à Aixe-sur-Vienne, artisanat et vannerie du châtaignier…), le parc naturel régional Périgord-Limousin est également un lieu de fête et de convivialité (carnaval des Soufflets, fêtes du cèpe, du bois, de la châtaigne, festival de bandas, fête Legend Air).

Musées, églises et châteaux (citons, au coeur des monts de Châlus, le bourg des Cars qui abrite les vestiges d’un fastueux château du xvie siècle, bâti par la famille Pérusse des Cars, importante lignée de seigneurs limousins) ainsi que la route Richard Coeur de Lion témoignent d’une histoire riche et parfois mouvementée tout autant que les vestiges d’un très grand patrimoine industriel. Les nombreuses vallées du Périgord-Limousin ont favorisé une économie liée à l’énergie hydraulique et des centaines de moulins et forges ont animé les cours d’eau jusqu’à la fin du xixe siècle. Églises et chapelles (le Périgord-Limousin possède un remarquable ensemble d’églises romanes) forment également des trésors d’architecture sur les chemins du parc.

Façonnée autant par le mode de vie et les activités économiques que par la géologie, l’architecture rurale se marie harmonieusement au paysage. Quelle que soit l’époque de construction, cette unité tient à l’implantation du bâti en fonction de la topographie et à l’emploi de matériaux locaux, simples, tels que la pierre, le bois et la terre.

Plusieurs ambiances paysagères et patrimoniales coexistent en Périgord-Limousin. La richesse géologique du territoire se dévoile dans les constructions de granit, calcaire, schiste.

Annexes de la maison du Périgord-Limousin ou créées çà et là pour les besoins de l’activité, les humbles « architectures-outils » remémorent l’économie d’autrefois. Parmi elles, les clédiers (séchoirs à châtaignes), utilisés par les habitants du Périgord-Limousin pour faire sécher les récoltes et ainsi les conserver et les consommer tout l’hiver.

Croix, fontaines, murets de pierres sèches ponctuent également l’espace, les terres agricoles et les croisées de chemins du Périgord- Limousin. C’est dans ce patrimoine vernaculaire que s’inscrit et se perpétue l’identité du territoire. Les pratiques cultuelles liées à l’eau, notamment le culte des « bonnes fontaines », forment une des fortes particularités du territoire. 

Pour une meilleure appréhension, le parc naturel régional Périgord- Limousin peut être « découpé » en quatre zones. 

Le Bocage limousin, joyeux paysage où domine le vert. L’eau est ici reine. De nombreux prés et pâturages, à l’indéniable intérêt écologique, accueillent la célèbre race bovine limousine qui enchante le bocage avec sa robe aux couleurs chaleureuses. Deux grands massifs composent le bocage : le massif de Cognac-la-Forêt et la forêt de Rochechouart. 

Le Massif des Feuillardiers, qui, entre prairies, taillis de châtaigniers, rivières et étangs, abrite le point culminant du parc : Le Puyconnieux à Dournazac. 

Les plateaux jumilhacois et les vallées de l’Isle. Cette entité s’organise en vastes plateaux et vallées étroites offrant une variété remarquable de milieux. Au bord des rivières, les prairies humides lovées dans les fonds de vallées accueillent une grande richesse du patrimoine naturel du parc, dont le cincle plongeur qui saura satisfaire les observateurs les plus patients. C’est aussi ici, sur la commune de La Coquille, que le parc a élu domicile, près de l’étang de la Barde. Attraction indéniable : Jumilhac-le-Grand et son majestueux château, où l’on peut découvrir toute une activité liée à l’orpaillage ! 

Les vallées périgourdines, dont les nombreuses pelouses calcaires offrent, le printemps venu, le spectacle des orchidées (plus d’une trentaine d’espèces recensées) ainsi que d’autres plantes moins spectaculaires mais très rares. La coexistence de milieux très humides, comme les rivières et les prairies qui les bordent, et de milieux très secs, pelouses et plateaux calcaires, favorise dans ce terroir une diversité faunistique, floristique et paysagère exceptionnelle. Enfin, la villeporte de Brantôme, autrement appelée « la Venise du Périgord », est la fierté de cette partie du parc avec son abbaye, son clocher et son curieux pont coudé sur la Dronne. 

Parc naturel régional Périgord-Limousin 

Maison du Parc, 

La Barde, La Coquille (24450). 

www.pnr-perigord-limousin.fr