Passée par les bancs des écoles des beaux-arts de Tours et de Dijon, Alexia Atmouni a placé au cœur de sa pratique artistique la question de l’image dont elle s’emploie à décortiquer les représentations, les usages, les modes de production, de diffusion et de réception.

A. Atmouni
A. Atmouni

Sa matière, elle la trouve dans la presse papier et les magazines où, page après page, elle s’emploie à traquer les silhouettes d’anonymes ou de célébrités. Découpées, collectées, triées, classées avec la minutie d’un entomologiste, ces figurines de papier viennent nourrir de vastes collages muraux.

Denses, compactes et savamment rythmées à la manière de ces nuées d’étourneaux élaborant de fascinantes chorégraphies, ses compositions exercent une fascination certaine qui nous invite à interroger les invasions et les déferlements continus propres à notre société de l’image-écran.

Durant trois semaines, cette artiste résidente de l’Atelier Bletterie nous convie dans les coulisses de ce projet au long cours. Baptisé « En inventaire », cette proposition, explique l’intéressée, s’échafaude autour d’un « moment hybride où est donné à voir le classement minutieux d’une matière qui n’est pas en sommeil, mais qui n’a pas encore trouvé sa fin. Un temps où cette étape du travail artistique évolue cette fois-ci en galerie plutôt qu’en atelier, en public plutôt qu’isolée. C’est aussi l’occasion d’échanger, de prendre un thé, de feuilleter des magazines, de créer des amorces d’histoires »…

« En inventaire »Alexia Atmouni, du vendredi 6 au samedi 28 mai
Atelier Bletterie, La Rochelle (17). www.atelierbletterie.fr