EXPOSITION

Cette exposition s’intéresse aux expressions artistiques (ou pas) marginales et tapageuses qui n’aiment rien tant que bousculer académismes, présupposés, bon et mauvais goût. Expression artistique quelquefois inqualifiable, parfois incohérente, mais toujours haute en couleur, le « mauvais genre » est un terrain de jeu de prédilection pour qui n’aime rien tant que bouger les lignes, celles du jugement de valeurs notamment. Irradiante et résistante, « Mauvais genres ou la beauté convulsive » traite des mondes invisibles, des genres et des corps érotiques, du cabaret et du burlesque, des cabinets de curiosités.

« Mauvais genres ou la beauté convulsive »,
jusqu’au samedi 7 mai,
Centre d’art contemporain du Parvis,
Ibos (65).
www.parvis.net