PAYSAGES INTÉRIEURS, PARTITIONS DE FEMMES

À la faible représentation des artistes femmes dans les musées et les collections, on peut répliquer par l’exposition. Passée la journée internationale pour les droits des femmes, le 8 mars, l’Espinoa propose un ensemble d’oeuvres signées au féminin. 

Elles questionnent les grands thèmes mythiques ou les compositions classiques, travaillent l’idée du corps, celle de la posture et de ce qu’elle communique ; elles se composent de monochromes ou mettent en scène des adolescentes, des dieux, le ciel ou la lune. Ce sont des peintures, des sculptures, des installations, des photos, réalisées sans trucage ou grâce à un algorithme, avec un temps de pose très élevé ou des matériaux fragiles. 

Leur point commun ? Avoir été pensées et conçues par des esprits et des mains féminins –Claire Aumaître, Vava Dudu, Jane Harris, Sarah Jones, Carine Klonowski, Sherrie Levine, Sara Ouhaddou, Katinka Bock, Sara Holt, Laurence Bernard et Marie Vindy – et d’avoir été prêtées par le FRAC Poitou-Charentes. Si certaines des oeuvres de « Paysages intérieurs, partitions de femmes » questionnent particulièrement les contraintes familiales ou le statut et le corps des femmes, les oeuvres exposées répondent avant tout à la volonté de mettre en avant des femmes dans le paysage de l’art et le paysage dans les créations de femmes. 

En ce mois de mars, tout ceci n’est évidemment pas anodin. Journée internationale de manifestations et de discussions, le 8 mars est l’occasion de faire entendre des revendications, d’aborder les difficultés et les avancées liées aux situations et aux droits des femmes. Elle peut être, comme avec cette exposition, l’occasion de mettre en avant des artistes, de parler de création. « Paysages intérieurs, partitions de femmes » offre ainsi un lieu de représentation et de dialogue au sein de l’Espinoa. Ancien relais de poste de la commune de Baignes-Sainte- Radegonde, dans le sud de la Charente, le lieu est devenu un espace culturel communautaire dédié à la création artistique et accueille public et artistes dans sa salle d’exposition, sa mezzanine et son jardin. 

S’il est question de « partitions », c’est que la collaboration ne s’arrête pas au fait que les oeuvres aient été choisies dans la collection du FRAC par France Cléret, responsable du service culture de la Communauté de communes des 4B dans le Sud Charente, et Stéphane Marchais, chargé des publics et des partenariats éducatifs au FRAC Poitou-Charentes : Ève Moreno, professeure d’alto à l’école départementale de musique s’y est également impliquée et l’école, dont le FRAC accueille régulièrement professeurs et élèves depuis presque dix ans pour des concerts et des expérimentations musicales autour d’oeuvres, participe aussi de ce projet. 

La programmation « Femmes » sur le territoire de la Communauté de communes des 4B à laquelle l’exposition prend part s’écrit aussi en spectacle, films et concert dans lesquels le poème visuel et sonore Goutte de sons interprété par la compagnie Sing Song, le concert « La voix des Elles » interprété par l’école départementale de musique ou les séances de cinéma en partenariat avec l’association Cinémania de Barbezieux-Saint-Hilaire portent, entre autres, les voix de créatrices, de victimes ou de rebelles. Séréna Evely 

1. Exceptées les oeuvres de Laurence Bernard, prêtées par l’artiste. 

« Paysages intérieurs,
partitions de femmes »,
du dimanche 15 mars au dimanche 12 avril,
L’Espinoa, Baignes-Sainte-Radegonde (16).
Vernissage en musique assuré par les
élèves de la classe de Sylvie Lanthiome
et d’Ève Moreno le 14 mars, à 18h30.
www.cdc4b.com
www.frac-poitou-charentes.org