MANUFACTURE CDCN – L’horizon de l’institution « danse contemporaine » s’est éclairci avec l’annonce, fin juin, de grands travaux de rénovation du bâtiment dès 2024/25. En attendant, la saison 22/23 s’inscrit dans une continuité, autour de 45 propositions éclectiques, en prise avec les questions du monde.

« On travaillait ici la semaine dernière. Il s’est mis à pleuvoir et on a vu toute l’équipe de la Manufacture s’activer avec des seaux dans la verrière. Merci de faire que cette équipe puisse se consacrer à son métier plutôt que d’étancher les fuites ! » Cédric Charron, danseur, chorégraphe, résumait d’un trait plein de franchise, la thématique de cette conférence de presse de fin de saison de la Manufacture CDCN, présentée par le directeur Stephan Lauret et la directrice déléguée Lise Saladain.

Les tutelles, au grand complet, y ont annoncé le lancement d’un plan de rénovation du lieu, vieux serpent de mer de cette friche devenue théâtre dans les années 1990.

Les travaux nécessaires sont tels qu’un temps, l’option de la démolition a été envisagée. Or, l’adjoint à la culture de la Ville de Bordeaux, Dimitri Boutleux, l’affirme : « Il sera possible de partir de l’existant sans avoir besoin de tout démolir. » Ce bâtiment industriel – ancienne manufacture de chaussures jusqu’au milieu des années 1980, mais aussi symbole d’une certaine histoire alternative du théâtre à Bordeaux – survivra donc, gagnant en confort de travail et d’accueil et en performances énergétiques.

Concha ©Fernanda Tafner

Toutefois, les travaux ne devraient pas se lancer avant fin 2024 voire début 2025, et durer a minima une saison et demie. Le processus d’appel d’offres, lancé dès l’automne, enclenchera un circuit administratif que Dimitri Boutleux espère le plus court possible. Il y a trois ans, le chantier avait été chiffré à 5,4 M € HT. On imagine que l’inflation et la flambée des prix des matériaux aidant, le montant sera réévalué… à la hausse. Il existe cependant une donnée stable et tangible, la répartition des financements de cette rénovation : l’État prendra en charge 40 % du coût ; la Ville de Bordeaux – propriétaire des lieux – 35 % ; la Région Nouvelle-Aquitaine 25 % ; et le Département s’engage sur certains équipements.

La Manufacture CDCN, seul lieu dédié à la danse à Bordeaux, devrait se retrouver SDF pendant presque deux saisons – du moins sur la métropole bordelaise, puisque son antenne de La Rochelle continuera à accueillir des équipes au travail – jouant des partenariats et de la solidarité de l’écosystème culturel bordelais.

À l’horizon 2025 (ou 2026), la Manufacture CDCN devrait avoir opéré sa mue avec deux studios de création, un plateau élargi de 20 m sur 13 m, capable de recevoir de grandes formes ; là où le lieu doit aujourd’hui recourir aux partenariats avec les grands plateaux du TnBA ou de l’Opéra de Bordeaux. Le gradin – notoirement grinçant et inconfortable – passera à 300 places, augmentant ainsi la capacité d’accueil de la salle. Le hall et l’espace restauration seront aussi repensés, pour mieux y accueillir le public mais aussi les habitants du quartier. Un nouveau prestataire devrait d’ailleurs succéder à la rentrée à Gang of Food qui a rendu le tablier fin juin.

Avec cette métamorphose pour horizon, l’équipe de la Manufacture CDCN s’apprête à une saison 22/23 de la continuité : à cheval sur Bordeaux et La Rochelle, marquée par le temps fort Pouce !, dédié au jeune public sur toute la métropole, et le partenariat avec le FAB en octobre, et Trente Trente en janvier.

Au total, 45 propositions et 73 représentations. Pas de grand changement non plus du côté des artistes associés : la Chilienne Marcela Santander Corvalán, déjà présente la saison dernière, présentera deux pièces, Concha, une conférence performance avec Hortense Belhôte et Gérald Kurdian et Bocas de Oro, en ouverture du FAB. La Tierce, compagnie fil rouge de ce théâtre-friche, – ils étaient déjà associés à la Manufacture Atlantique du temps de Frédéric Maragnani et y avaient lancé leur cycle de Praxis –, y donnera un Praxis et créera Construire un feu, leur première pièce de groupe, où le trio est rejoint par Philipp Enders et Teresa Silva. Attaché à honorer des fidélités avec les artistes invités, le CDCN fait revenir Boris Charmatz pour son solo Somnole, Marco da Silva Ferreira, déjà venu deux fois, pour Siri, Mathilde Monnier avec Records, le Belge Jan Martens, Emmanuel Eggermont ou Amala Dianor.

Les artistes bordelais Michel Schweizer et Hamid Ben Mahi reviennent avec deux nouvelles créations : respectivement Nice Trip, où Schweizer retrouve Mathieu Desseigne, et Royaume, pièce hip-hop pour six danseuses s’attaquant au patriarcat. Quant au duo Cédric Charron

& Annabelle Chambon, leur Pop Corn protocole, dont on a pu voir quelques premiers éclats lors de La Ruche du TnBA, transforme le maïs en matière hautement politique et hautement performative. Avant l’entrée en scène des artistes, la Manufacture consacrera son mois de septembre à l’accueil des voisins et publics lors de deux présentations festives.
Stéphanie Pichon

Apéro des voisins et des voisines de la Manufacture, mercredi 21 septembre, 19h
Présentation de saison, mardi 27 septembre, 18h30, La Manufacture CDCN Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux (33)
lamanufacture-cdcn.org