PYRÉNÉES-ATLANTIQUES (64)

Quand la légende rencontre l’histoire, il y a de fortes chances que ce soit au Pays basque. Un rocher, une épée, un cheval, un héros, bienvenue à Atekagaitz, le « mauvais passage ».

Itxassou, non loin de Cambo, ses succulentes cerises noires (que l’on peut déguster autrement que dans un gâteau basque) et son Pas de Roland. Oui, Roland le Preux, neveu de Charlemagne, marquis des Marches de Bretagne, entré au Panthéon après la sanglante bataille de Roncevaux, fatal combat contre une armée vasconne en représailles du pillage de Pampelune.

Mais quel rapport avec le village de la province du Labourd, niché dans une courbe de la Nive, ce facétieux affluent de l’Adour ?

Eh bien, c’est ici que trône LE symbole de l’affrontement entre Chrétiens et Musulmans (les Vascons ayant été remplacés par les Sarrasins dans l’éponyme Chanson de Roland) : un imposant rocher telle une porte de pierre. Le Paladin, trahi par son beau-père, l’infâme Ganelon, âme noire et rival haineux, l’aurait ouverte d’un simple coup de son épée mythique, Durandal.

Chemin étroit, ancien passage pour les muletiers, le Pas de Roland connaît pourtant une autre origine, attribué à Veillantif, la monture du noble chevalier, qui l’aurait causé d’un vigoureux coup de sabot !

Une chose est sûre toutefois : la mythologie pyrénéenne s’est largement emparée de la légende de Roland. Les traces de son passage le long de la chaîne montagneuse, entre France et Espagne, y sont nombreuses : brèche de Roland, Saut de Roland, Pas de Roland… Et si vous n’êtes pas rassasié, il se murmure qu’un dragon aurait élu domicile au creux de la rivière.

Le Pas de Roland
Itxassou (64250)