CHRYSTA BELL – It girl superlative – actrice, chanteuse, mannequin, muse –, la Texane ne jouit pourtant pas de l’aura de Lana Del Rey. Une bien étrange affaire…

Chrysta Bell ©Elias Tahan—Hollywood Sun
Chrysta Bell ©Elias Tahan Hollywood Sun

Au royaume des muses de David Lynch, la native de San Antonio, Texas, occupe dorénavant un canapé de choix depuis leur première collaboration pour l’hallucinante bande originale du non moins vertigineux Inland Empire. La chose se poursuivra sur deux formats longs (This Train en 2011, Somewhere in the Nowhere en 2016) et surtout lors de Twin Peaks : The Return, en 2017, où elle incarne l’agent du FBI Tammy Preston, fidèle assistante du sourdingue Gordon Cole.

Trop heureux d’avoir trouvé sa nouvelle et accorte Julie Cruise (dont elle a repris le mythique Falling), le cinéaste savoure son statut de pygmalion tandis que sa protégée ira baguenauder avec l’intransigeant John Parish (We Dissolve, 2017). Feels like Love (2019) et le récent Midnight Star confirment son statut de diva éthérée, jouant la carte sultry vintage telle une Julie London sous influence synthétique, or, quoi de plus normal pour la musicienne qui débuta comme chanteuse pour le combo néo-jazz 81⁄2 Souvenirs ? Glamour vaporeux, atmosphère envoûtante, gothique chic, sombre aux atours, il ne lui manquerait plus que s’adonner au burlesque pour devenir la parfaite fusion entre Dita Von Teese et Lana Del Rey. Après tout, que n’a-t-elle fait, y compris donné jadis la réplique à Jet Li déguisé en vraie-fausse Pocahontas ? « Are we angels shining brightly ? Are we the forgotten left behind ? » Que d’interrogations… 
Dale Cooper

Chrysta Bell
Samedi 4 juin, 19h, i.Boat, Bordeaux (33)
www.iboat.eu