Les confinements successifs ont mis en lumière le besoin de nombreux citadins de quitter « l’enfer » urbain pour « s’échapper » à la campagne. Un départ, choisi, qui s’ajoute à celui, forcé, de personnes qui ne peuvent plus s’y loger. Dans les deux cas, avec son accès à la nature et ses prix raisonnables, la campagne a à nouveau la cote. Mais est-elle prête à accueillir tous ces néo-ruraux ? Avec quelles perspectives professionnelles et quels services ? Surtout : la bétonisation des campagnes est-elle évitable ? Une cogitation en compagnie de Fanny Hugues, doctorante en sociologie (CEMS/EHESS) ; Guillaume Faburel, enseignement-chercheur à l’université Lyon 2 et Sciences Po Lyon, UMR Triangle (CNRS, Science Po Lyon, ENS) ; et Vincent Grimault, journaliste à Alternatives économiques, spécialiste des dynamiques territoriales.

Pourra-t-on vraiment toutes et tous vivre à la campagne ?, jeudi 10 juin, 18h30, Cap Sciences, Bordeaux (33). www.cap-sciences.net