ÉCHAPPÉE BELLE – Un festival jeune public peut-il prendre des rides ? Non ! Pour souffler ses 30 bougies, le Carré-Colonnes concocte un best-of millésimé des dix dernières années. Et invite une création funambule en ouverture.

Après deux ans de sevrage, le parc Fongravey, à Blanquefort, retrouve la folie d’Échappée Belle, ses spectacles plein les pelouses et ses familles au grand complet. Tant qu’à faire, le plus gros rendez-vous jeune public en plein air – quand il ne fait pas orage – de l’agglomération bordelaise célèbre ses 30 ans, sans lésiner sur le nombre d’invités : 150 artistes et peut-être 10 000 spectateurs, si on s’en réfère aux fréquentations pré-Covid.

À la direction du Carré-Colonnes, Sylvie Violan et Hélène Debacker ont imaginé un programme réunissant les spectacles les plus marquants des dix dernières années ! Des cadeaux souvenirs, qui permettent aux spectateurs de découvrir des succès publics voire – privilège rare dans le spectacle vivant – de revoir des coups de cœur, des années après ! La machine à remonter le temps démarre en 2011. Les Moutons de la compagnie Corpus y faisaient fureur dans un spectacle pour trois grasses brebis, un jeune bélier en rut et un berger solitaire. Depuis sa création, les Canadiens n’ont cessé de tourner ce spectacle culte à l’humour totalement décalé. Pour continuer dans le bucolique, les duettistes dadaïstes Lefeuvre et André joueront les clowns-jardiniers improbables dans leur périlleux Entre serre et jardin. Acrobatique aussi, Deux secondes, le numéro hilarant de Petit Monsieur, qui s’amuse de la tente éponyme, innovation décathlonienne révolutionnaire, dont on a tous testé un jour le potentiel comique et sournois, surexploité ici, bien entendu.

Deux secondes!—Cie du Petit Monsieur ©Vincent Van Hecke

Le conte et l’art du récit ont aussi leur place, avec leur façon de renouveler les manières de faire passer le répertoire et le goût des textes de théâtre aux plus petits. On pense à cette formidable variation autour de Hamlet : Il y a quelque chose de pourri. La compagnie Elvis Alatac y condense la plus célèbre des pièces de Shakespeare en une heure et deux comédiens, qui rivalisent de trucages, d’objets détournés et de raccourcis pour faire entendre les drames et trahisons au royaume du Danemark. Les Compagnons de Pierre Ménard, eux, tentent une version chorale et corporelle du Roman de Renart, fable animalière médiévale, quand les Bretons de Scopitone décapent Cendrillon à coups de produits ménagers et d’humour ravageur.

Et puis, il y a ceux qui mélangent tout : l’acrobatie et la parole, le cirque et le chant, le camping et le funambulisme. Dans Une pelle, Olivier Debelhoir s’apprête à une ascension funambule, non pas sur un fil horizontal, mais oblique, et avec un camarade de grimpette. Ce duo d’amitié funambule et bavard demande au public de participer aux préparatifs, non sans faire écho à la création d’ouverture de cette 30e Échappée Belle : Soka Tira Osao de la compagnie Basinga. Certains se souviennent peut-être du vertigineux Lignes ouvertes lors du FAB 2021, où Tatiana-Mosio Bongonga s’élançait à 35 m de haut, rive droite. Cette fois-ci, le fil s’élève moins haut, la musique s’en mêle, et le public est invité à s’engager dès le début dans cette prise de risque collective. Une avancée belle… 
Stéphanie Pichon

Échappée Belle, les 30 ans !, du jeudi 2 au dimanche 5 juin
Parc de Fongravey, Blanquefort (33) carrecolonnes.fr