LA TRAVERSÉE Huit jours, au milieu des vignes, au bord de la Garonne ou dans un théâtre, pour ce nouveau festival pluridisciplinaire proposant ateliers, parcours d’éducation artistique et culturelle, et résidence de création. Parole à Carlina Cavadore, directrice artistique.
Propos recueillis par Marc A. Bertin

Pourquoi l’itinérance ?

Larural s’est construit sur l’idée qu’aucun espace rural ne devrait échapper à la présence des artistes. D’où la volonté d’agir pour inscrire l’art et la culture dans notre quotidien, au contact et en interaction de tous, à tout âge de la vie, le plus simplement possible, contribuant ainsi au vivre ensemble. N’ayant pas de lieu propre, Larural va en faire une force qui va lui permettre de créer, d’innover et d’expérimenter des récits en lien avec des artistes, avec des partenaires et des habitants. Si nous œuvrons au quotidien depuis Créon, Larural déploie ses actions sur les communes de la communauté de communes du Créonnais et les territoires ruraux à proximité pour inventer et partager un projet artistique et culturel singulier !

Pourquoi la ruralité ?

Si nous œuvrons au quotidien depuis Créon, nous irriguons plus largement les territoires ruraux et principalement les 15 communes rurales de la communauté de communes du Créonnais. Ce territoire administratif n’étant pas forcément le bassin de vie des habitants, nous coopérons également avec des partenaires qui tricotent eux aussi des aventures culturelles sur des communes à proximité comme c’est le cas par exemple avec les Chantiers Tramasset à Le Tourne. La ruralité convoque aussi de manière symbolique de nouvelles manières d’appréhender notre rapport au monde, plus lent, plus proche de l’humain et de la nature.

Tout commence par des flammes afin de mieux renaître ?

Fête Fête @La pons
Fête Fête @La pons

Tout commence par la construction d’un œuf en bois de 5m de haut, dont la forme marque le lieu d’une présence bienfaitrice. Et puis, cet œuf va s’embraser au son d’une musique puissante, convoquant le feu naturel et la pyrotechnie. Autour de la chaleur des braises, la joue brûlante, chacun pourra retrouver des émotions anciennes au sens le plus primitif du feu, fédérateur et presque tribal. Après deux années de disette culturelle et de peurs inavouables, on avait envie d’un temps fort de retrouvailles et d’invention rassembleuse, ré-initiant ces si nécessaires rituels collectifs. Nous déposons dans des lieux clefs du territoire des urnes scellées où chacun sera invité à écrire un secret, une confidence ou un écrit anonyme qui partiront tous en fumée le soir de l’embrasement de l’œuf, dans un brasier libérateur.

La musique s’invite aussi à table entre concerts, DJ sets et un grand bal. Un complément nécessaire aux spectacles ?

Nous accordons autant d’importance à la qualité des propositions artistiques qu’au moment de rencontres que nous proposons de vivre au public et aux habitants. Dans un bel environnement, partager un bon verre de vin entre potes au son d’un Dj set 100% vinyle permet de délier la parole et de continuer de partager des émotions collectives. La musique fédère et réunit tous les publics, et peut s’écouter ou se vivre jusque dans une danse ou une transe partagée.

Traverser, c’est parcourir quelque chose d’une extrémité à l’autre. Que franchira donc le public ?

Tout d’abord, l’organisation de ce festival a été l’occasion de coopérer avec de nouveaux partenaires qui ont des langages très différents du nôtre, qui est celui d’un opérateur culturel. D’un point de vue personnel, et au niveau de l’équipe de Larural, cela nous a obligés à nous ouvrir à la diversité et nous a forcés à nous décaler, à changer nos manières de travailler, à traverser de nouveaux langages, nous invitant à nous inventer et à rester en éveil et en mouvement. Puis, pour le public, il sera en effet question de traverser des territoires pour les (re)découvrir de manière plus poétique ou politique grâce aux regards des artistes. La traversée convoque la mise en mouvement, celui des corps qui ont été malmenés ces derniers temps et celui d’une nécessaire mobilité d’un esprit critique affûté ! On a besoin de recréer les conditions de traverser des émotions collectives, comme un choc physique qui s’intensifie à plusieurs !

La Traversée,
Du samedi 14 au samedi 21 main, Sadirac, Créon, Le Tourne (33)
www.larural.fr