MARIE-FRANÇOISE POUTAYS

En 1986, le CAPC musée d’art contemporain présentait un ensemble conséquent de ses sculptures en corde. Automne 2020, Métavilla accueille installations, sculptures et dessins marqués par une énergie douce et poétique, et signe ainsi son retour à Bordeaux.

Chez Marie-Françoise Poutays, la ligne est un lieu de passage entre l’univers de la forme et le sens. Elle inaugure un réseau de résonances et ouvre aux multiples ressources des configurations. La condition de l’émergence d’un sens, c’est le tracé d’une ligne : ligne de partage, incisant la continuité d’un espace, mais aussi ligne de jonction, mettant en relation tout ce qu’elle a séparé selon une articulation qui convoque aussi bien l’invisible que le visible, et par laquelle une figure se dérobe ou se donne à voir.
Chacune de ses oeuvres insiste sur la finesse et la fragilité du tracé qui ainsi ne s’affirme pas contre le vide, mais dans une sorte d’entente avec lui, dans une constante interrogation entre apparition et disparition, que révèle la vibration de la ligne.

Marie-Françoise Poutays _piece d’ecorce-module_ (gouac he sur papier 100x70cm)


Depuis les années 1980, cette artiste développe une démarche discrète, subtile et radicale qui se refuse à toute pesanteur, toute brutalité, tout en renouvelant une force intime liée à la connaissance du souffle et la pratique méditative. Elle a cette attention très aiguë du tireur à l’arc qui, pour viser juste, ne se concentre pas sur la cible.
Dans l’espace, les sculptures fabriquées en corde armée, ou en métal, et fixées à un socle, entretiennent d’infinies relations avec l’architecture, la géométrie, la germination et le corps. Au mur, des formes nuageuses sont découpées dans du plexiglas coloré, des mouvements se ramifient et convoquent plusieurs définitions. Sur papier, les dessins sont réalisés à la gouache avec l’embouchure du tube ou constitués de perforations par brûlure au bâton d’encens et se manifestent comme « pure spontanéité » et « générosité impérieuse ».

Marie-Françoise Poutays _Arbre d’éveil_ (paillettes sur tulle-100x70cm)


Autant d’oeuvres qui se répartissent autour de quatre axes génériques : Portiques, Arbres de vie, Mandalas et Météorologie. Branches, feuillages, fleurs, caresses de l’eau et de l’air, étoiles, vagues, empreintes de coeur, regards, passages, vapeurs, Marie-Françoise Poutays puise dans un registre de motifs sensibles, atmosphériques, et leur conserve leur valeur primitive tout en les amenant à se confronter à d’autres dimensions, d’autres respirations et d’autres mémoires.
Mais tout commence par le geste venu du plus profond du corps comme un signe d’énergie et ordonné par la fluidité d’une pensée. Il mesure et déplace le potentiel qu’il renferme. Il le déplie et le situe dans l’espace. Il appelle la couleur monochrome et transforme sa promesse en une présence. Il procède avec patience et laisse s’exprimer l’intérieur et l’extérieur, le réel et l’imaginaire, et tous les attributs bénéfiques de la légèreté et de la rigueur. Il devient ligne et porte au plus vif sa puissance d’éveil comme un inépuisable signal qui renvoie à ce qui le dépasse, au lieu de se clôturer dans l’ordre clos des significations. Il répond ainsi aux mots du poète Philippe Jaccottet : « Tout est lié, tout se tient, tout tient ensemble, comme au premier jour. C’est pourquoi on est dans cet espace immense comme dans une maison qui vous accueille sans vous enfermer. »

Didier Arnaudet

« Marie-Françoise Poutays »,
du jeudi 5 novembre au samedi 5 décembre,
Métavilla, Bordeaux (33).
metavilla.org

Françoise Poutays _Nature naturante_, fer et paillettes, 110-90cm