En collaboration avec le réseau des Librairies indépendantes en Nouvelle-Aquitaine, JUNKPAGE part chaque mois à la rencontre de celles et ceux qui font vivre le livre dans ce territoire.

Juste avant de rentrer de leurs vacances d’été, Martin et Ingrid, le couple propriétaire de la librairie ouverte en 2012, lancent à Cécile Odorico un mystérieux : « Tiens-toi prête ! » « Là, je me suis dit : soit je suis virée, soit ils vendent », se souvient-elle amusée. Ils vendaient, donc.
À vingt-six ans, l’opportunité de reprendre à son compte une librairie, à Bordeaux, si bien ancrée dans son quartier, ne se refuse tout simplement pas, songe-t-elle avant de se lancer. La voici gérante et, bientôt, propriétaire de ce qui était encore, il y a quatre ans, son lieu d’apprentissage pour finir sa formation. « C’est drôle parce que tout le monde me dit : “Ah ma pauvre, vous reprenez ça toute seule en plein Covid, c’est pas de chance…” Alors qu’en fait, le panier moyen des clients a bondi ! Depuis le déconfinement, on le ressent clairement. Les gens achètent plus. La fréquentation est plus soutenue », se réjouit-elle, encore un peu étonnée de l’engouement sans faille de ses clients pour la littérature.

Cécile Odorico


D’ailleurs, seule, elle ne l’est pas tout à fait. Cécile vient d’embaucher Cassandra, une apprentie qui suit le DUT métiers du livre de Bordeaux Montaigne, et puis, Le Passeur est membre de l’association du réseau des libraires indépendants de Nouvelle-Aquitaine. « On a une des meilleures associations de libraires de France. C’est un réel soutien. Être membre nous permet d’avoir accès aux stocks de tous les autres (à Bordeaux, on y est tous sauf Mollat, Fnac et consorts), et on peut envoyer les clients chez les uns et les autres pour aller chercher le livre qu’ils souhaitent. Je vois les autres libraires plus comme des collègues que comme des concurrents du coup. L’association nous offre une visibilité sur Internet, nous édite gratuitement des marque-pages à notre nom, nous offre des panneaux, des affiches, nous invite à participer au catalogue de Noël, nous aide à connaître les informations diffusées par le Syndicat du livre pour ceux qui ne peuvent pas payer l’adhésion… Ils sont géniaux ! »
Pour rendre la librairie plus à son image, la jeune gérante, sans changer la ligne généraliste de l’établissement, a décidé d’étoffer certains rayons comme les sciences humaines ou l’art de vivre, mais également de renouveler le fond littérature pour pallier quelques manques qui la chagrinaient. « Je voulais aussi effectuer de menus travaux pour libérer un peu d’espace mais n’en avais pas les moyens et, un jour, deux étudiants en cinéma frappent à ma porte. Ils me demandent de tourner leur film de fin d’année ici et m’apprennent, après que j’ai accepté, qu’ils ont un budget travaux et peuvent me faire les changements dont je rêvais ! Tout le monde était content. »
On dirait qu’une bonne étoile a décidé de s’installer juste au-dessus du toit du Passeur. Ou peut-être gravite-t-elle partout où va Cécile. Qui sait ?

Nathalie Troquereau

Le Passeur
9, avenue Thiers
33100 Bordeaux
Du mardi au samedi, de 10h à 19h.
05 56 32 83 37
www.librairie-lepasseur.fr


LES RECOMMANDATIONS
DE LA MAISON :

« Peau d’homme de Hubert, chez Glénat. L’immense (et regretté) Hubert signe un roman graphique moderne exceptionnel où explose tout son talent de conteur ! »
« L’Enfant céleste de Maud Simonnot, chez L’Observatoire. Ce roman est un petit bijou de poésie et de lumière, témoin d’un amour inconditionnel entre une maman et son enfant ! »