MÉMOIRES EN FRICHE

Les lieux témoins d’un passé révolu, qui meurent en refusant de disparaître, abritent des richesses historiques et narratives. De cet or-là le collectif Stimbre a décidé de s’emparer en créant un projet multimédia.

Jo Stimbre est auteur-compositeur-interprète. Gaelle Chalton preneuse d’images, directrice artistique, médiatrice et chanteuse-interprète. Autour du duo fondateur, s’agrège une constellation de talents – ingénieurs du son, multi-instrumentiste, journaliste-documentariste… – formant le collectif Stimbre. Concept hybride s’il en est, Mémoires en friche avait besoin de plus d’une corde à son arc.
Explications. Jo et Gaelle ont repéré douze friches en Nouvelle-Aquitaine, toutes regorgeant de récits encore tus. Les anciennes cuisines de l’hôpital psychiatrique Charles-Perrens de Bordeaux ; l’ex-entrepôt militaire de Bergerac ; une usine de textile désaffectée en Haute-Vienne…
Le collectif organise une résidence d’une semaine autour de chacune d’elles, en partenariat avec des lieux culturels environnants. Pour chaque friche, ils travaillent avec un représentant de la jeunesse locale comme les anciens du coin, tous issus de centres d’animation, d’écoles, d’Ehpad. Ceux que l’on entend moins parce que parqués dans des quartiers « difficiles » ou des lieux de fin de vie.
Stimbre initie les jeunes au journalisme et aux techniques du documentaire grâce à des recherches, des interviews d’habitants ou de spécialistes, des ateliers d’écriture et de prise de voix. Ils produisent ainsi un mini-documentaire à la fin de la résidence, diffusé sur le site du projet (et probablement sur leurs réseaux sociaux).
Quant aux séniors, Gaelle et Jo leur parlent du lieu qu’ils explorent, certains le connaissent, parfois pas. Ils échangent et leur font écouter au casque des bribes de sons récoltées, de la musique industrielle essentiellement. « Une mamie s’est mise à pleurer. Elle ne pouvait plus s’arrêter et me disait : “C’est beau, comme c’est beau !” » Quand ils vont dans l’Ehpad proche de l’entrepôt militaire, un vétéran vient spontanément leur confier ses pires cauchemars hérités de la guerre. « Il nous a parlé des heures de ses rêves. Après, le personnel est venu nous voir pour nous dire : “C’est la première fois qu’il parle.” »
Du côté des adolescents, la magie semble opérer aussi. À la fin de leur dernière résidence, les mômes se seraient écriés : « On lâche tout pour vous suivre. Emmenez-nous avec vous ! », s’étonne encore Gaelle avant d’ajouter : « Avec ce projet, on vit vraiment des trucs de FOUS ! »
Pendant que tout ce petit monde participe, noue des liens, raconte des histoires, Gaelle et Jo prennent des photos en rafale de la friche, capturent les sons à la manière des bruiteurs de cinéma, récoltent tout le matériel visuel et sonore qui va servir à leur création finale. Car toutes ces résidences mènent à un seul spectacle. À chaque friche sa chanson, écrite par Jo, composée d’une bande-son issue du lieu et chantée par les deux artistes sur scène. Entre les morceaux, leur design sonore habille les jeux de lumière et d’images projetées façon mapping, où défilent visages des personnes âgées, terres désolées, esthétiques froides qui collent aux sonorités industrielles.
Ils ont réussi à convaincre pas mal de gens de l’intérêt d’un tel spectacle et d’une telle expérience sur leur territoire. Chaque salle de résidence, par exemple le Théâtre de Gascogne pour la friche de Mont-de-Marsan, accueillera le spectacle quand la tournée des friches sera achevée. Puis, le spectacle s’envolera hors de la Nouvelle-Aquitaine. On ne sait encore où.

Nathalie Troquereau

Mardi 13 octobre, 20h30,
scène nationale Aubusson, Aubusson (23).
www.snaubusson.com
Samedi 7 novembre, 20h,
Rocksane, Bergerac (24).
rocksane.com
Vendredi 15 janvier 2021, 20h30,
Le Péglé, Mont-de-Marsan (40).
theatredegascogne.fr
www.stimbre.com
memoires-en-friche.fr