JUNGLE Relecture du Livre de la jungle de Rudyard Kipling, le nouveau spectacle de l’association Éclats de Stéphane Guignard a été coproduit notamment avec les Opéras de Bordeaux et Limoges, où il est créé cet automne. Rugissant et bondissant, cet « opéra sauvage » pour tous publics met aux prises un quatuor de jeunes chanteurs polymorphes.

David “Shere Khan” Sanson

« Comment est-il possible, aujourd’hui, de continuer à travailler sur la voix lyrique, et sur ce spectacle total qu’est l’opéra ? » Cette réflexion, cette exigence n’ont cessé de guider le metteur en scène Stéphane Guignard dans son travail avec l’association Éclats, qu’il a créée à Bordeaux il y a plus de 30 ans. Elles sont encore au coeur de son nouveau projet, Jungle, dont la création, à l’Opéra de Limoges, puis au Grand-Théâtre de Bordeaux (coproducteurs du spectacle avec également – entre autres – l’Opéra de Tours), vient aujourd’hui couronner trois années d’un intense travail avec l’équipe artistique qu’il a réunie.

Sous-titré « opéra sauvage », et destiné aux adultes autant qu’aux enfants, Jungle est une adaptation du plus fameux des recueils de contes de Rudyard Kipling, Le Livre de la jungle, publié en 1894-95 et inspiré par les années que Kipling passa en Inde. De cette série de fa bles – qui ont inspiré les idéaux du scoutisme, et en particulier du louvetisme, lors de sa fondation en 1907 par Lord Robert Baden-Powell –, Walt Disney a comme chacun sait tiré en 1967 l’un des dessins animés les plus impérissables, dont les personnages et les chansons hantent encore notre imaginaire. 

Si Jungle n’adresse nul clin d’oeil à ce standard, son propos n’en est pas moins jouissif, joueur et palpitant. En revenant au texte originel de Kipling, Stéphane Guignard, le compositeur (et percussionniste) Jean-Christophe Feldhändler et la librettiste Sandrine Roche ont avant tout cherché à « ouvrir l’opéra à d’autres façons de penser, de pratiquer. Si le spectacle reprend certains codes de l’opéra – arias, récitatifs, choeur –, c’est pour mieux pouvoir traiter la voix de différentes façons, et trouver d’autres espaces de vocalité, parfois proches du slam. Tous les “récitatifs” sont ainsi amplifiés, scandés et rythmés. » Et même lorsqu’elle est lyrique, la voix se trouve soumise au traitement de choc que Sandrine Roche a fait subir à la langue et à la diction, elles aussi ensauvagées au moyen d’un subtil jeu sur les onomatopées et les sonorités.

Retrouver une certaine innocence, reconquérir sa liberté est aussi le propos musical de Jean-Christophe Feldhändler, qui explique s’être laissé inspirer par Exotica – non le magnifique film d’Atom Egoyan, mais l’un des chefs-d’oeuvre du compositeur Mauricio Kagel (1931-2008), bon génie du théâtre musical : cette pièce composée en 1970-71 pour 6 interprètes et un « très grand nombre d’instruments de toutes les parties du monde » oblige les musiciens classiques à aborder des instruments dont ils ignorent tout, et pour cela à faire appel à leur instinct (ou leur « sixième sens », selon la dédicace de la partition), à se défaire des codes en vigueur dans leur tradition d’origine. 

Ainsi, Jungle ne comporte aucun instrumentiste : il appartient aux quatre jeunes chanteurs de jouer non seulement plusieurs rôles, mais également des quelques instruments qui parfois viennent soutenir leur discours. Une manière, comme le dit Stéphane Guignard, de ménager « des espaces de liberté » dans cette oeuvre minimaliste et onirique, naïve et luxuriante comme ces jungles du Douanier Rousseau dont s’inspire la scénographie. Et de rendre justice à cette allégorie de la sauvagerie et de la liberté, de la civilisation et de la domestication, à ce roman d’apprentissage dont la portée demeure hors d’âge.

Jungle, Cie Éclats,
jeudi 17 octobre, 14h30 et 20h,
vendredi 18 octobre, 14h30,
Opéra de Limoges, Limoges (87).
www.operalimoges.fr

vendredi 8 novembre, 20h, et samedi 9 novembre, 15h, Auditorium
de l’Opéra de Bordeaux, Bordeaux (33).
www.opera-bordeaux.com

du mercredi 18 au jeudi 19 décembre,
Sur un petit nuage, Pessac (33).
www.pessac.fr

vendredi 20 décembre, 19h30,
théâtre Ducourneau, Agen (47).
www.agen.fr

jeudi 23 janvier 2020, 20h,
Olympia, Arcachon (33).
www.arcachon.com

mercredi 29 janvier 2020, 15h,
théâtre Le Liburnia, Libourne (33).
www.theatreleliburnia.fr

samedi 8 février 2020, 14h30,
théâtre Jean Vilar, Eysines (33).
www.eysines-culture.fr

dimanche 29 mars 2020, 15h,
La Caravelle, Marcheprime (33).
www.la-caravelle-marcheprime.fr

mardi 26 mai 2020, Le Champ de foire,
Saint-André-de-Cubzac (33).
www.lechampdefoire.org