ORCHESTRA BAOBAB – Les 11 musiciens du célèbre combo sénégalais débarquent à Bordeaux afin de réchauffer l’âme et le cœur comme dans un club dakarois circa 1976.

L’histoire de la musique est remplie de belles histoires ; tout le monde ne mourant pas dans un sordide fait divers à l’âge de 27 ans… Celle de l’Orchestra Baobab est presque un classique des années 2000. Tout a commencé au club Le Miami, à Dakar, à l’orée des années 1970.

Le groupe ambiançant ce lieu se nommait alors Star Band. Ils changèrent de lieu et montèrent en gamme pour atterrir au club Baobab. Ainsi, Oumar Barro N’Diaye et Cheikh Sidath, respectivement saxophoniste et bassiste, ont créé l’Orchestra Baobab et donné son orientation musicale, avec une bonne base de rythmes latins, une sensibilité afro (une bonne partie des musiciens est issue de lignées de griots) et des touches soul et jazz. Après de beaux débuts, et une discographie entamée en 1978 et riche d’une quinzaine d’albums jusqu’en 1985, le groupe se sépare en 1987.

Ce n’est qu’en 2001 qu’ils refont surface, sous la houlette de Nick Gold et de son label World Circuit Records, avec la réédition de Pirates Choice, initialement édité en 1982, et fleuron de leur œuvre. S’ensuivent une tournée internationale, puis un retour en studio avec en invités les cadors du moment : Youssou N’Dour et Ibrahim Ferrer du Buena Vista Social Club. Groupe par ailleurs qui doit son nom à un club cubain – tiens, tiens –, et dont on doit la création à Ry Cooder et un certain Nick Gold. Bis repetita. Philippine Jackson

Orchestra Baobab
Mercredi 5 octobre, 20h
Salle du Grand Parc, Bordeaux (33)