DOMAINE DE MALAGAR Acquise en 1843 par l’arrière- grand-père de François Mauriac, la célèbre maison d’écrivain néo-aquitaine s’est refait une beauté et s’offre également un surprenant visage numérique.

Centre François Mauriac Malagar © SBR / Région Nouvelle-Aquitaine

« Le presbytère n’a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat. » Étrange. Pourquoi les mots de Gaston Leroux viennent à l’esprit au fur et à mesure de la visite ? Quel lien étrange entre l’intrépide Rouletabille et le très mesuré prix Nobel de littérature 1952 ? Aucun. Hormis un véritable enchantement à redécouvrir ce lieu empreint d’une insondable éternité.
Dans le giron de la région Nouvelle-Aquitaine depuis 1985, à la suite d’une donation des quatre enfants de l’homme de lettres, Malagar a enfin achevé son vaste chantier de restauration, entamé en 2018. Certes, il en a fallu du temps,
et plus encore avec une crise sanitaire, mais l’écrin si précieux nécessitait une attention particulière dans chaque détail – ainsi apprend- on au détour de la conversation que les papiers peints d’époque ont été restaurés à la main et non changés ou reproduits à l’identique.

© SBR / Région Nouvelle-Aquitaine

Les parquets brillent d’un éclat de miel et sentent divinement l’encaustique. La lumière semble comme revenue dans chaque pièce.
La déambulation dans la demeure reprend l’allure d’un voyage où chaque sens est en alerte. Le regard s’attarde sur le moindre bibelot, portrait de famille, service en opaline… Ça sent le réséda et le tilleul (l’imposant dans la cour, classé « arbre remarquable »). On a beau (re)découvrir ce monument historique, rien pourtant n’intimide. Le parc invite à la rêverie, les vallons doux du Sud Gironde se dévoilent et, à perte de vue, le vignoble (1). On ne désire que s’asseoir sur un banc – celui du balcon, de préférence – et s’abandonner à la contemplation.

© SBR / Région Nouvelle-Aquitaine

De la contemplation à l’immersion, il n’y a finalement qu’un pas car si l’enjeu d’une restauration semblait incontournable, tout autant était la nécessité de plonger Malagar dans la « révolution » numérique. Que l’on se rassure, point d’hologramme de l’auteur du Nœud de vipères pour accueillir le public ; on est au pays des livres et non au Futuroscope. L’innovation concerne le volet de la médiation. Surtout l’aspect « contenu augmenté ».

© SBR / Région Nouvelle-Aquitaine

Dans les anciennes étables, nul bétail, place à de larges écrans pour mieux pénétrer dans l’intimité tant de la maison que de l’œuvre et de son auteur. Voici la possibilité d’explorer sans limite (jusqu’au vertige ?) ce que l’œil a aperçu mais la main n’a su toucher et place à d’infinies ressources (archives, images, sons, vidéos, bibliographie, etc.). De même, l’exposition permanente, située dans le chai du rouge, s’enorgueillit dorénavant d’écrans tactiles afin de consulter à loisir une copieuse documentation. Enfin, pour qui a le jeu chevillé au corps ou rêve d’exploits façon Résistance, un escape game vient de voir le jour. Une intrigue autour du Cahier noir, un casque de réalité virtuelle, et vous voici en mission sous l’Occupation plus proche d’un maquisard que de Super Résistant (néanmoins, qui souhaite venir en cape le peut).

© SBR / Région Nouvelle-Aquitaine


Laissons la conclusion au maître des lieux, qui livre, au passage, le secret de sa relation unique à ce cadre désiré. « La vérité, c’est que je suis fixé à Malagar parce que j’appartiens à l’innombrable espèce de chèvres qui, non contentes de brouter là où on les attache, s’y obstinent, une fois la corde rompue. »

Marc A. Bertin

1. Particulièrement attaché à son vignoble, François Mauriac était présent à chaque vendange et a installé son bureau près du chai du blanc. Aujourd’hui, le vignoble de Château Malagar représente 15 hectares de vignes. 7 hectares produisent 40 000 bouteilles de vins rouge et rosé, et 8 hectares donnent des vins blancs secs et moelleux, à base de cépages sauvignon et sémillon. Tous les vins sont élevés en barriques, entre 4 et 12 mois selon les cas. Château Malagar est en vente au domaine.


Rendez-vous aux jardins :
« La transmission des savoirs »,

du vendredi 4 au dimanche 6 juin, de 10h à 18h, ateliers, produits du jardin, concerts, pique-nique…

Musica Malagar,
samedi 19 et dimanche 20 juin,
concerts par les étudiants en musique de chambre du conservatoire Jacques-Thibaud de Bordeaux.

La nuit de la lecture, samedi 3 juillet, 19h30.

Toiles étoiles,
jeudi 15 et vendredi 16 juillet,
cinéma, astronomie, projection en plein air et observation du cie

Les vendanges de Malagar, vendredi 17 et samedi 18 septembre, rencontres, débats, lectures, cinéma…

Journée du patrimoine,
dimanche 19 septembre, 10h à 13h et 14h à 18h,
visite numérique guidée de Malagar et escape game. Gratuit sur réservation

Centre François-Mauriac de Malagar
17, route de Malagar 33490 Saint-Maixant 05 57 98 17 17 malagar.fr

À LIRE

Le Bordeaux de François Mauriac, Michel Suffran, Le Festin
coédition avec La petite machine, Collection « Les Paysages »

Le Bloc-notes (vol. 1) : 1952-1962, Le Bloc-notes (vol. 2) : 1963-1970, François Mauriac,
Préface de Jean-Luc Barré, présentation et notes de Jean Touzot, Mollat / Robert Laffont, Collection « Bouquins »


BALADES LITTÉRAIRES

Sur le coteau des artistes –
De Malromé à Malagar
,
samedi 12 juin, 9h30,
et samedi 11 septembre, 9h30
Visite virtuelle du domaine de Malagar. Visite du château Malromé. Toute la journée avec pause déjeuner. 13 km / niveau confirmé

Sur le sable de la forêt landaise –
Du côté de Saint-Symphorien
,
samedi 10 juillet, 9h30
Explorez « les longs pays muets », vibrant du chant des cigales et du murmure du vent dans les pins. Du chalet d’enfance de Saint-Symphorien au quartier de Jouanhau, promenade au cœur de la forêt landaise dans les paysages des romans de François Mauriac. Promenade commentée environ 3h30. 8 km / niveau intermédiaire


Entre les pages du Nœud de vipères – Du côté de Malagar,
samedi 7 août, 9h30
Du domaine de Malagar au village de Verdelais, entre vignes et coteaux, s’étend le décor emblématique de ce roman paru en 1932. Sous le patronyme de « Calèse », un parcours au cœur de cette saga familiale où la nature est un personnage à part entière. Promenade commentée environ 3h30. 5 km / niveau facile

Le chemin des pèlerins – De Malagar à Verdelais par les bords de Garonne,
samedi 9 octobre, 9h30
Depuis Malagar, entre vignes et ruisseaux, descente vers les berges de la Garonne : chemin que les pèlerins d’autrefois empruntaient jusqu’à la basilique de Verdelais. Promenade commentée environ 3h30. 8 km / niveau moyen – Réservation : accueil@malagar.fr