ELLES ET LEURS REGARDS SUR LA CHINE 1949-1968

À Mérignac, les regards croisés de Solange Brand, Dominique Darbois et Eva Siao sur l’empire du Milieu.

1er octobre 1949, Mao Zedong instaure la République populaire de Chine. Eva Siao, née Sandberg en Allemagne mais de nationalité soviétique, épouse du poète communiste Xiao San, unique femme blanche dans la base révolutionnaire de Yan’an, capte l’intimité du Grand Timonier.
1957, campagne des Cent Fleurs, Dominique Darbois, photojournaliste, sillonne villes et villages avant le Grand Bond en avant.
1966, en pleine Révolution culturelle, Solange Brand, secrétaire à l’ambassade de France de Pékin, capture la transition radicale à l’oeuvre.
Trois femmes, trois destins et trois visions sur un pays-continent alors terra incognita pour l’Occident. Si, hélas, les deux premières ne sont plus, Solange Brand, bon pied, bon oeil, assure le commissariat – avec l’historienne Françoise Denoyelle – de cette incroyable plongée dans l’intimité d’une nation soumise aux soubresauts de l’Histoire. Avant de rentrer à la rédaction du Monde, elle partit donc à l’aventure, âgée de 19 ans, en 1965, Pentax autour du cou, acheté à Hong Kong de même que les rouleaux Agfacolor, car les films couleur étaient interdits et uniquement réservés à la presse et à la propagande.

« Il n’y avait aucune intention de “reportage”, simplement le plaisir de garder une trace de mes années chinoises. J’allais dans la rue pour avoir un souvenir mais nullement pour documenter. J’ai longtemps laissé ce fonds à l’écart, puis, en numérisant mes négatifs, j’ai remis ça en perspective. Quelle ne fut ma surprise en contemplant la proximité des regards captés par mon objectif de 50 mm. L’appareil était le moyen idéal pour échanger avec l’autre. J’avais une immense empathie pour mon sujet et non pour les prémisses de la Révolution culturelle. Les regards étaient si purs, si innocents. Il n’y avait aucune pose. Ces photos sont le fruit d’une double innocence. »
Le corpus ici rassemblé saisit par son mélange de candeur et de familiarité, s’attardant sur le quotidien trivial – clichés de rue ; enfants ; Puyi, douzième et dernier empereur de la dynastie Qin, travaillant au jardin botanique de Pékin –, les métamorphoses gigantesques – une capitale grise et horizontale devenue verticale et polluée ; l’industrialisation à marche forcée des zones rurales –, mais également la propagande à l’oeuvre – un million de Gardes rouges brandissant le Petit Livre rouge le 1er octobre 1966 ; le contraste entre la Fête du Printemps en 1951 et la Fête du Travail le 1er mai 1966. Passionnant.

Marc A. Bertin

« Elles et leurs regards sur la Chine 1949-1968 »,
Solange Brand, Dominique Darbois, Eva Siao,
jusqu’au dimanche 3 avril, Vieille Église, Mérignac (33).
merignac-photo.com