MONOGRAPHIE

Né en 1983 à Paris, établi à Lormont et travaillant entre Bordeaux et Casablanca, Max Boufathal, splendide conspirateur, ébauche un projet tentaculaire d’éradication de l’art contemporain. Le Projet mort prévoit la suppression d’artistes référencés et ciblés. Aux frontières sectaires et dictatoriales, ce plan stratégique a pour objectif de recréer un mécanisme autoritaire. Cette forme d’investigation poussée jusqu’au bout d’une réflexion graphique et d’un fonctionnement socio-politique permet d’adapter les recherches dans un climat de réalité artistique et installe cette mainmise de l’artiste sur l’art. 

L’Ennemi : l’Art, Édition ACS