NIORT

En écho avec l’architecture de la Villa Pérochon, JH Engström investit toutes les pièces de la galerie, présentant un nombre très important de photographies, mais aussi des projections, dont une inédite, et de nombreuses publications.

Né en 1969 à Karlstad en Suède, JH Engström élabore depuis plus de deux décennies un travail d’envergure. Constituée de photographies, de livres et de films, son oeuvre à forte dimension autobiographique investit les murs du centre d’art contemporain photographique de Niort avec plus de 450 pièces, lesquelles nous plongent dans les questionnements personnels et sociétaux de ce lauréat du prix Oskar Barnack en 2015.

Depuis Trying to Dance (2004) jusqu’à Revoir (2016) en passant par Haunts (2006) et Tout va bien (2015), JH Engström n’a eu de cesse de réactiver son passé. En témoignent la série Back Home (2009) réalisée en duo avec Anders Petersen dans leur région natale du Värmland, province reculée du centre ouest de la Suède, comme Trying to Dance dans laquelle s’explore jusqu’à l’extrême la question de l’autoportrait avec l’entêtement de celui qui veut en évacuer la question. 

Conduite par le principe de correspondances entre les différentes époques de la vie de l’artiste, les lieux qu’il a habités (Paris, New York, Stockholm, Smedsby, etc.) comme les êtres qu’il a côtoyés, l’exposition escorte nos interrogations existentielles.

Anna Maisonneuve

« JH Engström :
Anknytningar / Correspondances / Correspondences »,

jusqu’au samedi 29 août,
centre d’art contemporain photographique Villa Pérochon, Niort (79).
www.cacp-villaperochon.com