NOVA TWINS

Énergie punk-rap, lourdeur stoner, glamour British : le duo montre-t-il la direction à suivre pour le rock en 2022 ? Réponse le 9 mars à la Rock School Barbey.

Amy Love et Georgia South ; on dirait des noms d’actrices X des années 1990 ! Pseudos ? On n’ira pas vérifier, mais le fait est que les deux Londoniennes de Nova Twins aiment le glamour et l’outrance : fard à paupières pourpre et rouge à lèvres bleu sur leurs baby faces, fringues baggy bariolées pour soutenir un heavy rock métissé de punk, de rap hardcore et d’électronique. Sensation !
Il y a de l’engagement dans ce duo, qui sera un trio avec l’adjonction d’un batteur. Une énergie d’adolescentes malgré huit ans de carrière. Une résolution à croire qu’il y a encore des choses neuves à aller chercher dans le rock à guitare.
Celles qui se disent « inspirées par le son et l’atmosphère des 90s » donnent effectivement l’impression de reprendre les choses là où Rage Against the Machine ou Faith no More les ont laissées il y a 25 ans. Les tempos sont lourds mais gardent la pulsation ternaire du hip-hop. La chanteuse-guitariste Amy Love scande chaque syllabe avec des intonations de rappeuse-imprécatrice.
Et la basse… Georgia South l’a planquée après le dernier concert du duo au Rocher de Palmer, et elle a recouvert son rack de pédales d’effet d’une couverture. Interdiction de voir comment elle produit ce son saturé et compressé, aux résonances électroniques très actuelles, qui suffit parfois à faire tenir les morceaux debout.
C’est avec cette mixture que les Jumelles Nova disent vouloir jouer leur propre version d’un « film d’horreur ludique inspiré à la fois par Pulp Fiction et Clueless ». Deux films des années 1990, tiens…

Christophe Loubès

Nova Twins,
mercredi 9 mars, 20h30,
Rock School Barbey, Bordeaux (33).
rockschool-barbey.com