MILLÉNIALES

Le Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA se penche sur la pratique picturale de ces vingt dernières années à travers un panorama regroupant une cinquantaine d’artistes.

Jugée obsolète par une grande part de la scène artistique dans les années 1970 et ce jusqu’au milieu des années 1990, la peinture est redevenue depuis quelques décennies le médium privilégié d’un nombre grandissant d’artistes.

Vincent Ganivet. Collection Frac Aquitaine “ronds de fumée” in l’exposition “Entre ciel et terre”, Musée des Beaux Arts de Libourne – Le Carmel Date prise de vue : 22.10.2012

Sous la baguette du commissaire d’exposition Vincent Pécoil, le Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA se penche sur ce phénomène protéiforme à travers une sélection d’œuvres réalisées entre 2000 et 2020. Cet intervalle temporel de deux décennies croise l’univers culturel des digital natives.

Nés avec l’ère du numérique, ceux qu’on appelle aussi les millennials, génération Y ou milléniaux (en bon français), ont grandi en symbiose avec le développement fulgurant des outils sophistiqués de l’informatique. « Considérée dans ce champ numérique élargi, la peinture se définit aujourd’hui dans ses relations à cet environnement digital », explique Vincent Pécoil.

Peter Halley, The Choice, 2016, 183 x 198 cm ,© Studio Peter Halley, photo DR

De fait, la peinture traditionnelle sur châssis se trouve pulvérisée. Et nombre des œuvres présentées n’appartiennent déjà plus vraiment au domaine de la peinture au sens strict du terme dans la mesure où elles font appel à d’autres techniques comme la sérigraphie ou l’impression numérique. De la même manière, les genres traditionnels saisissent d’autres points d’ancrage.

Désormais désuètes, les catégories picturales d’autrefois que sont le portrait, la peinture d’Histoire, la scène de genre ou le paysage migrent dès lors vers d’autres domaines. C’est du moins ce qu’estime Vincent Pécoil : « La forme la plus commune que revêtent à notre époque les natures mortes est la forme publicitaire, par la mise en valeur photographique des produits sur les emballages, les affiches ou dans les pages des magazines… »

JohnMiller_Everything_is_said_#18

Aussi, quand ces catégories reviennent à la peinture, elles deviennent des mises en abîme. Exemple avec la monumentale allégorie consumériste d’Ida Tursic et Wilfried Mille qui s’emparent de l’incommensurable production d’images circulant dans les médias actuels.

Construite avec des pièces issues des FRAC du territoire (ex-régions Poitou-Charentes, Limousin, Aquitaine), des collections publiques nationales (CNAP, Centre Pompidou, CAPC, Musée des Arts contemporains-Fédération Wallonie Bruxelles…) et de galeries (Chantal Crousel, Xippas, Gagosian…), l’exposition se distribue en six chapitres en compagnie d’œuvres signées par des artistes émergents ou confirmés de toutes les générations : de Nicolas H. Muller à Bertrand Lavier en passant par Jean-Luc Blanc, Nina Childress, Matthieu Clainchard, Stéphane Dafflon, Kelley Walker, Jessica Stockholder, Wade Guyton, Florian & Michael Quistrebert, Peter Halley, Jane Harris, Nicolas Milhé et bien d’autres.

Anna Maisonneuve

« Milléniales. Peintures 2000-2020 », jusqu’au dimanche 3 janvier 2021, Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA, Bordeaux (33).

fracnouvelleaquitaine-meca.fr

Wade Guyton, Untitled, 2018, impression jet d’encre Epson UltraChrome HDX sur lin, courtesy de l’artiste et galerie Chantal Crousel, Paris, © Wade Guyton, photo DR