En collaboration avec le réseau des Librairies indépendantes en Nouvelle-Aquitaine, JUNKPAGE part chaque mois à la rencontre de celles et ceux qui font vivre le livre dans ce territoire.

Il faut parfois un coup de pouce du destin pour assouvir une vocation qu’on croyait enfouie. Thomas Bardet a toujours eu dans un « coin de la tête » l’idée de vendre des bandes dessinées, mais après une première carrière de commercial chez Cdiscount puis Bouygues Telecom, c’est dans la téléphonie qu’il décide de se lancer avec deux autres associés. Acte manqué magistral, sa boîte ouvre… en mars 2020 et ne survivra pas aux multiples confinements, mais un virus en chassant un autre, il réactive l’envie d’assouvir son vieux rêve d’enfant.

Biberonné aux GastonTintin et Astérix, le trentenaire a depuis toujours le virus de la bande dessinée, une passion transmise par ses parents qui possédaient tous les classiques dans la bibliothèque familiale. En grandissant, ses choix se sont naturellement étoffés et juste retour des choses, il s’est mis à les conseiller et à partager ses découvertes bédéphiliques avec eux, comme un avant-goût de son futur métier.

Mettant à profit sa période de chômage, l’amateur saute donc le pas, avide de découvrir de l’intérieur la profession. Il se paye une formation à Paris, un premier pas essentiel pour appréhender les bases d’un commerce qu’il devine pas tout à fait comme les autres ; notamment cette chaîne du livre avec ses éditeurs, diffuseurs, distributeurs, qu’il ne pensait pas « si complexe et alambiquée », reconnaît-il.

Il affine cette partie théorique par la pratique lors de deux stages, dans une librairie généraliste de Limoges, puis dans une librairie spécialisée à Bordeaux en 2021, ce qui l’aide à maîtriser la partie comptable et la gestion de trésorerie. Au-delà de la partie chiffres, l’aspirant libraire trouve dans cette immersion une source d’inspiration essentielle pour penser ses futurs rayons, pour définir la manière de ranger et de classer ses livres ou faire de belles vitrines.

Outre les classiques, les comics, la BD jeunesse, les romans graphiques, il sait déjà que sa librairie de 86 m2 et 7 000 références offrira une place de choix au manga, « sa marotte », confie-t-il, comme à peu près tout ce qui touche plus largement à la culture japonaise. Le nom exotique de sa librairie ne trompe pas et provient d’une divinité japonaise protectrice de l’archipel nippon, qu’il a même en tatouage sur le bras. « Raijin est un dieu de l’orage et du tonnerre qui créa des tempêtes pour faire couler les bateaux des envahisseurs mongols », explique doctement ce pur produit de la génération Club Dorothée qui a grandi avec Olive et TomDragonball ou Ken le Survivant. Fan de robots Gundam, il prévoit aussi d’initier des ateliers sur la construction de ces maquettes qui ont la particularité de se clipser et donc de s’assembler sans colle.

Résidant à Arbanats, il justifie son installation à Langon par le potentiel de la ville et sa praticité. Constatant le
dynamisme démographique exceptionnel et l’absence criante de librairie spécialisée dans le secteur, il a pu, nonobstant quelques inévitables complications, trouver un local bien placé en centre-ville dans la principale rue piétonne, à proximité de la médiathèque. Encore en pleine phase d’aménagement, Thomas Bardet envisage
l’ouverture de sa librairie en ce début juillet, en croisant les doigts pour que les problèmes d’approvisionnement en bois ne ralentissent pas trop son installation. Pas de quoi effrayer pourtant notre otaku qui connaît sur le bout
des doigts les règles du nekketsu, cette philosophie du dépassement de soi chère au manga de baston, qui permet de venir à bout, par le courage et l’abnégation, de tous les obstacles.
Mark Landers

Raijin BD
17, rue Maubec, 33210 Langon
www.facebook.com/LibrairieRaijinBD/

LES RECOMMANDATIONS DE LA LIBRAIRE
J’ai eu un gros coup de cœur pour 47 cordes de Timothé Le Boucher (Glénat) ! Une BD dense avec un côté fantastique et malaisant où l’on suit un personnage, un harpiste, confronté à un personnage qui a la capacité de changer de corps. J’attends la fin avec hâte, le cliffhanger nous laisse sans voix !

Les Enfants de la mer est un manga en 5 tomes autour de la relation d’une fille et de deux garçons qui disent venir de la mer. Une histoire fantastique parlant d’écologie avec un aspect presque mystique. Le dessin Daisuke Igarashi est magnifique et l’histoire passionnante [titre épuisé mais réédition annoncée pour la fin d’année, ndlr].