TRASH TROPICO – Fraîchement diplômée de l’école des beaux- arts de Bordeaux, la Nantaise Line Bourdoiseau investit la façade de la Fabrique Pola avec ses formes élémentaires et pop issues de rebuts.

En guise d’incipit, il y a une pratique picturale abstraite désireuse de se libérer des surfaces planes pour traverser d’autres frontières et créer des environnements plus immersifs. En guise d’incident déclencheur, il y a Nuit debout et son chapelet de rassemblements qui s’organisent progressivement à partir du 31 mars 2016 au soir d’une manifestation contre la loi Travail.

À l’époque, Line Bourdoiseau est aux Beaux-Arts de Nantes : « On organisait des actions très colorées avec l’idée d’occuper l’espace public de manière pacifique et festive. C’est la continuation de cette dimension que je poursuis », explique cette native de Loire-Atlantique, passée ensuite par l’atelier Espace Urbain de La Cambre à Bruxelles et par l’école des beaux-arts de Bordeaux, où elle est sortie diplômée en juin dernier.

De fait, l’espace public, lieu de revendications, de rencontres, de débats et de réjouissances de toutes sortes, constitue son terrain privilégié. Installés au cœur des villes, ses environnements aux allures pop fonctionnent comme des invitations aux participations citoyennes. Ainsi, chacun des éléments qui les composent est mobile et transportable, invitant le public à le manipuler et le déplacer à sa guise voire à l’emporter.

Formellement simple, coloré, séduisant et accessible, le répertoire puise ses motifs élémentaires dans l’histoire de l’art. Les inspirations croisent Brancusi, le Jardin des Tarots de Niki de Saint Phalle, le parc Güell de Gaudi ou encore du côté de chez l’artiste américaine et canadienne Jessica Stockholder avec ses fameuses installations brouillant les frontières de la peinture et de la sculpture. Picturale et spatiale, l’œuvre de Line Bourdoiseau s’accompagne en outre d’une dimension sociale et environnementale. «Je travaille essentiellement avec des matériaux récupérés comme le bois ou le miroir que je transforme. Actuellement, on en utilise encore très peu, ou si c’est le cas, ces matériaux de récupération ne sont réutilisés que peu de fois. J’essaie de valoriser cette matière que je réemploie dans des installations jusqu’à leur épuisement total ou jusqu’à ce que les gens partent avec. »

Invitée par Zébra3, la plasticienne déploie son bataillon multicolore sur la façade et aux abords de la Fabrique Pola. En amont, différents ateliers ont été conduits au centre d’animation Saint-Michel et au sein du campement qui fait face à la Fabrique Pola. Une initiative qui en rejoint d’autres que Line Bourdoiseau a menées par ailleurs à Thessalonique en Grèce avec des réfugiés. « Ces rencontres peuvent prendre différentes formes : la fabrication ou l’activation de sculptures qui peuvent devenir des parcours, des scènes de théâtre ou autre chose suivant l’imagination des participants. L’objectif c’est de travailler avec de la récup’, de partager ses potentiels et de constituer un outil social. »
Anna Maisonneuve

« Trash Tropico », Line Bourdoiseau
À partir du 16 septembre, à 18 heures, en façade et aux abords