Désormais sous la férule de Sébastien d’Hérin, la manifestation présente en 15 concerts la fine fleur de la scène baroque française.

La 31e édition de Sinfonia en Périgord est placée sous le signe de la transition. En effet, parti dirigé l’Abbaye aux Dames de Saintes, David Théodoridès a cédé la direction artistique du festival à Sébastien d’Hérin, claveciniste, chef d’orchestre et fondateur de l’ensemble Les Nouveaux Caractères, auquel reviendra le privilège d’ouvrir et de conclure cette édition, avec les sopranos Karine Deshayes et Caroline Mutel.

le sicilien © hélène aubert

Entre-temps, on aura vu se succéder dans différents lieux de Dordogne la crème baroque, toutes générations confondues : les ensembles Doulce Mémoire (avec un alléchant spectacle, La Roulotte d’Arlequin, 25/08), Les Accents (21 et 24/08) ou Les Surprises (23 et 24/08) ; le claveciniste Jean Rondeau, en solo – dans cette « ode au silence » que représentent selon lui les sublimes Variations Goldberg de Bach (21/08) – et avec son groupe Nevermind (22/08), ou la violoncelliste Ophélie Gaillard et l’Ensemble Pulcinella (23/08)…

Deux moments particulièrement prometteurs : L’Autre Monde ou les États et Empires de la Lune, une «visite guidée du chef-d’œuvre de Cyrano de Bergerac » (1655), considéré comme le premier roman de science-fiction, par le metteur en scène Benjamin Lazar, disciple d’Eugène Green, et l’ensemble La Rêveuse (22/08) ; et le programme « Samâ-ï, Alep la cosmopolite » de l’ensemble Canticum Novum d’Emmanuel Bardon, autour des répertoires traditionnels syriens (25/08). Avec 15 concerts en 8 jours, le choix sera… cornélien !

Sinfonia en Périgord
Du samedi 20 au samedi 27 août, Agonac, Chancelade, Manzac-sur-Vern, Périgueux et Sorges (24)
sinfonia-en-perigord.com