THURSTON MOORE – Plus que jamais en amour avec l’Europe, le mythique guitariste promeut By the Fire, grand disque de la maturité, au-delà du cliché.

Thurston Moore Group-2©Vera Marmelo

Double mètre à l’allure d’éternel étudiant, dont il serait réellement inconvenant d’évoquer ici le CV, Thurston Moore semble connaître paradoxalement une des périodes les plus prolifiques (enfin, tout est relatif avec ce genre d’oiseau dont le nombre de collaborations occupe dorénavant des rayons entiers chez les disquaires), les plus riches et les plus passionnantes depuis l’arrêt de Sonic Youth. Entamée avec Demolished Thoughts, la décennie 2010 le voit musarder avec appétit sur le Vieux Continent – même s’il a préféré prendre ses quartiers à Londres –, et explorer sans relâche ce qu’il apportait indéniablement à son ancienne formation, soit cette façon de malaxer subtilement l’héritage de Grateful Dead avec ses années d’apprentissage chez Glenn Branca. Sensation confirmée par By the Fire, copieux opus 2020, frisant les 90 minutes, mais certainement l’une de ses livraisons les plus fascinantes, si ce n’est la plus accomplie.

Et si aux yeux du public, sa personne fait foi, le sexagénaire (eh oui !) n’a nullement l’impudence de jouer pour sa gueule, s’affichant en groupe aux côtés de Deb Googe, Steve Shelley, Jon Leidecker et James Sedwards. Après tout, rouler sa bosse depuis 1981 au sein d’entités laisse forcément des marques ou bien des réflexes. En ouverture du plateau, le discret Arnaud Fournier (La Phaze, Dead Hippies, Hint, Atonalist, Übersound), émérite guitariste et trompettiste s’il en est, dont la filiation et l’approche musicale ne font aucun doute.
MAB

The Thurston Moore Group + Arnaud Fournier,
Vendredi 12 novembre, 21h, La Sirène, La Rochelle (17). la-sirene.fr
Samedi 13 novembre, 21h, Atabal, Biarritz (64). www.atabal-biarritz.fr