En Gironde, le mois de juin lance le départ d’un été baroque qui gagnera ensuite l’ensemble de la Nouvelle- Aquitaine. Les Festes Baroques en Terre des Graves et du Sauternais et les Riches Heures de La Réole invitent à découvrir ce monde vaste et haut en couleur qui est celui des musiques préclassiques.
par David Sanson

Le Sud-Ouest est depuis longtemps une terre d’élection pour les musiques ancienne et baroque. En témoigne le nombre de formations d’envergure qui y sont installées (de Pygmalion à La Tempête, en passant par Gli Incognito, Il Convito ou The Curious Bards), mais aussi le nombre de manifestations estivales qui leur sont dédiées. En attendant le démarrage des festivités en Charente et en Périgord, c’est en Gironde que les amateurs ont rendez-vous dès le mois de juin.

Into the Winds ©Bertrand PICHENE-CCR Ambronay

Avec, d’une part, les Festes Baroques en Terre des Graves et du Sauternais, qui, comme leur nom le laisse deviner, et à l’instar des Estivales de Musique en Médoc (voir par ailleurs), s’ingénient à marier mélomanie et œnophilie (à ne surtout pas confondre avec l’œnomanie !).

Entre Cadaujac et Saint-Michel-de-Rieufret, la xixe édition de ce festival dirigé par le violoniste Xavier Julien-Laferrière se déploie en huit concerts, mêlant musiciens confirmés et jeunes formations en devenir. Parmi les premiers, on citera l’enthousiasmant ensemble Gli Incogniti, mené de main de maître(sse), depuis 2006, par la violoniste Amandine Beyer : sous le titre « Le monde à l’envers », celui-ci donnera à découvrir, au Château Smith Haut Lafitte, un choix de concertos rares d’Antonio Vivaldi, pour violon, hautbois baroque ou clavecin (4/07).

Citons encore le violoncelliste Christophe Coin, ancien directeur artistique de l’Ensemble baroque de Limoges qui, apparié au pianiste Luca Montebugnoli, proposera un programme tout à fait romantique (Beethoven, Chopin, Pleyel) sur un magnifique pianoforte Pleyel de 1829 récemment restauré (29/06). Parmi les jeunes formations à suivre, on citera en particulier le quintette Into the Winds, mêlant instruments à vent « historiques » (flûte à bec, hautbois, sacqueboute, trompette à coulisse) et percussions dans un programme qui nous fera voyager entre le Haut Moyen-Âge et la Renaissance, entre l’Orient et l’Occident (5/07). Ou encore les Kapsber’girls : ce quatuor de musiciennes et chanteuses tirant son drôle de nom de celui d’un des plus fameux compositeurs italiens du début du xviie siècle – Hieronymus Kapsberger (1580- 1651), auteur de merveilleuses œuvres pour luth — viendra interpréter un florilège de « brunettes », chansons champêtres ou galantes du XVIIe siècle (7/07). Avec les Kapsber’girls, les brunettes ne comptent pas pour des prunes ! Cette édition 2022 se conclura le 12 juillet par une croisière sur la Garonne, au départ de Bordeaux, à la fois musicale et environnementale, avec le quatuor vocal Cosmos et le conférencier Éric Veyssy.

D’autre part, un peu plus à l’est, dans l’Entre-deux-Mers, les Riches Heures de La Réole entament, pour leur 14e édition, et au sortir de deux années difficiles, une « renaissance » qui se traduit notamment par une déclinaison désormais tripartite : en attendant les « Riches Heures Automnales » (six concerts du 23 au 25 septembre) et les « Riches Heures Estivales » (l’Académie du festival, du 1er au 7 août), rendez-vous le 18 juin pour de « Riches Heures Printanières », sur le thème « musique et patrimoine ». Soit trois concerts dans autant de lieux d’exception, qui nous entraîneront de la Renaissance espagnole à… l’Amazonie bolivienne, avec la venue non moins exceptionnelle de l’ensemble Moxos. Originaire de San Ignacio de Moxos, Bolivie, celui-ci s’attache à faire vivre l’étonnant héritage musical né au xviie siècle dans les « réductions » jésuites d’Amazonie – des sortes de villages où les Indiens, reconnus comme sujets de droit et hommes libres mais sous tutelle, étaient rassemblés et « civilisés ». Stimulés par la disposition particulière des autochtones pour la musique et le chant, des compositeurs jésuites comme Jean Vaisseau, Martin Schmid et surtout Domenico Zipoli ont laissé un patrimoine sacré aussi rare que passionnant. L’ensemble Moxos redonnera vie à travers un concert-spectacle étonnant, mêlant processions, musique, danses et costumes en une ode au syncrétisme qui promet de transfigurer l’église Saint-Pierre.

Signalons pour finir qu’au même endroit sera donné, le 2 juillet, le concert de clôture du mini-festival Musicité, qui célèbre cette année son quart de siècle. L’organiste Bruno Morin y donnera un programme qui n’a plus rien de baroque, mais qui s’annonce toutefois magnifique, avec des œuvres allant de Mozart et Nicolas de Grigny, en passant par Johannes Brahms ou César Franck, jusqu’à deux des plus grands compositeurs organistes français de la première moitié du xxe siècle : Louis Vierne et Jehan Alain.

Festes Baroques en Terre des Graves et du Sauternais, du mardi 28 juin au mardi 12 juillet
www.festesbaroques.com

Les Riches Heures de la Réole, Riches Heures Printanières, samedi 18 juin
Château de Lavison, église de Fontet, église Saint-Pierre de La Réole (33)
www.lesrichesheuresdelareole.fr

Musicité, samedi 2 juillet
Prieuré des Bénédictins, La Réole (33)
Renseignements 05 56 61 13 55