NEUE GRAFIK ENSEMBLE / ALFA MIST – En deux dates, le Rocher de Palmer, à Cenon, présente ce qui fait le sel de la scène jazz anglaise actuelle : un mélange dynamique de notes bleues, de beats grime ou afro-house et de poésie urbaine.

Ah, l’Angleterre et le jazz ! Vaste sujet qui revient régulièrement sur le tapis depuis les années 1960 avec les mods (Georgie Fame !), puis The Style Council dans les années 1980, l’acid jazz early 90s ou la drum’n’bass jazzstep de la fin de la même décennie. Et, depuis une demi-douzaine d’années, avec toute une génération de musiciens aux oreilles grandes ouvertes comme Joe Armon- Jones, Shabaka Hutchings, Nubya Garcia ou Emma-Jean Thackray.

Neue Grafik Ensemble ©Joehart

Constante de ces 60 années : l’art de concilier sophistication musicale et sens du groove. C’est ce qui a poussé Fred N’Thepe, alias Neue Grafik, Parisien d’origine camerounaise, à franchir la Manche il y a quelques années pour y créer le Neue Grafik Ensemble. Une pierre de plus dans ce grand jardin où l’on accommode les harmonies jazz avec des rythmiques typiquement British issues de l’afro-house, de la grime, du dub ou, plus récemment, de la drill.

Fred N’Thepe ne pouvait que se sentir chez lui dans ce bouillonnement, lui qui a commencé dans le hip-hop avant d’étudier le jazz à la très sérieuse Bill Evans Piano Academy de Paris. À Londres il dit avoir trouvé une « émulation » autour d’endroits comme le Total Refreshment Centre, à la fois lieu de répétitions, studio d’enregistrement, label et lieu d’expositions. Foulden Road, l’adresse de cet espace artistique, a donné son titre à ses deux dernières sorties discographiques.

On y entend le Franco-Camerounais jouer des accords que ne renieraient pas Herbie Hancock ou Chick Corea au piano électrique, tandis que la section basse (électrique)-batterie développe des rythmiques hypnotiques au service des souffleurs : sax alto et trompette. On n’est pas loin du line-up des boppers ! C’est en tout cas dans cette formule que le Neue Grafik Ensemble est attendu au Rocher de Palmer. Avec en bonus le rappeur/poète urbain Brother Portrait, sorte d’avatar des Last Poets ou de Benjamin Zephaniah.

Alfa Mist ©Johny Pitts

Rebelote avec Alfa Mist ? Oui, mais sans faire dans la copie conforme, heureusement. Ce multi-instrumentiste (mais surtout pianiste), rappeur et producteur a lui aussi débuté en samplant Madlib et J Dilla, pour s’apercevoir que ces figures du rap US avaient elles-mêmes samplé des jazzmen. « C’est en cherchant à comprendre les disques hip-hop que je suis venu au jazz », explique-t-il. Et c’est en postant ses premières productions sur Soundcloud qu’il est
entré en contact avec le chanteur-producteur Jordan Rakei ou le guitariste- violoniste Tom Misch, autres noms importants du son londonien. Alfa Mist est, lui, venu au piano en autodidacte, en cherchant à retrouver les accords ou les mélodies qu’il avait dans l’oreille.

En entendant ce qui en découle, un exégète du jazz y trouvera sans doute des maladresses ou des traces de naïveté, mais c’est aussi ça qui confère à cette musique une innocence, une fraîcheur décomplexée qui accroche l’attention. C’est en tout cas ce qui permet à Alfa Mist de fondre dans un même moule des influences larges, passant aussi par le rock, le folk ou le spoken word, sans donner l’impression d’un fourre-tout bordélique.

All that jazz ! Christophe Loubès

Neue Grafik Ensemble
Vendredi 14 octobre, 20h30, Le Rocher de Palmer, Cenon (33)

Alfa Mist
Mercredi 2 novembre, 20h30, Le Rocher de Palmer, Cenon (33)
lerocherdepalmer.fr