NATASHA CARUANA – À l’artothèque de Pessac, l’artiste anglaise s’inspire de sa vie pour développer une œuvre originale, performative et ludique qui vise à la déconstruction des schémas traditionnels du couple.

Dès le début de sa carrière, Natasha Caruana convoque les formes les plus intimes de son existence. Son œuvre opère un décloisonnement radical de sa démarche artistique et de sa propre histoire. Elle aborde les thèmes de l’amour, de la romance et du couple à la lumière de son expérience personnelle. L’artiste s’impose comme le vecteur principal de ses photographies, ses vidéos et ses installations.

Exposition Together at last Natasha Caruana Du 07/04 au 18/06/2022 Sous le commissariat d'Audrey Hoareau, Directrice du CRP Hauts-de-France
Exposition Together at last Natasha Caruana Du 07/04 au 18/06/2022 Sous le commissariat d’Audrey Hoareau, Directrice du CRP Hauts-de-France.

Comme pour nombre d’entre nous, l’Amour avec un grand A reste son horizon. Mais tout en même temps, elle en pointe également la dimension totalitaire, addictive, et en relève les délices et les fantaisies mais aussi les déceptions et les échecs. Elle propose ainsi des rendez-vous à des hommes mariés et documente leurs attitudes, en totale contradiction avec le rêve de l’amour conjugal, au cours d’un dîner. À la recherche de la robe parfaite, elle rencontre des mariées qui ont mis en vente leurs robes de mariée et mettent pour diverses raisons un point final à l’euphorie du « grand jour ». Après une relation malheureuse, elle associe les recettes illustrées de philtres d’amour et celles de bombes. Après une étude approfondie sur les différentes causes des séparations, elle constitue le rideau « des rêves brisés » à l’aide d’alliances bon marché de gens divorcés.

Natasha Caruana Together at last Les arts au mur Pessac 2020

Pour être au plus près de la réalité et de l’état d’esprit avec lequel elle souhaite l’appréhender, il faut que la technique s’efface au profit d’une approche exprimée en toute liberté. D’où un parti pris inesthétique qui suppose une photographie plus proche de l’instantané que de la photographie dite « créative », et le recours à des appareils simplifiés, dont la facilité d’utilisation et la réactivité permettent de capter le moment dans toute sa crudité.

Dans cette exposition, la commissaire Audrey Hoareau a sélectionné des extraits de plusieurs séries dans lesquelles Natasha Caruana évoque son coup de foudre dans un bar, sa « connexion sans fioritures » avec Simon qui devient à la fois son mari et sa muse. Ce qui importe, c’est de plonger au cœur d’un vécu et de s’interroger sur ce qui amène à être ensemble et pourquoi cette situation ouvre à des manières nouvelles d’agir, de voir et d’échanger.

Dans sa conversation avec le thérapeute Chris Hoff (catalogue du Centre de la photographie de Mougins), Natasha Caruana confie après cinq années de mariage avec Simon : « J’ai commencé à me demander si j’étais là où je devais être, si j’étais là à cause d’une personne et si c’est normal que quelqu’un ait une telle emprise sur moi. »

Sa pratique artistique, articulée autour du texte et de l’image, a pour tâche de dégager, presque à coup de piolet, la solidarité, l’attention, la confiance et le partage qui donnent tout son sens à cette relation, de la préserver et de la restituer dans la plénitude de son accomplissement. Pour y parvenir, il faut d’abord l’arracher à l’ombre du doute, à l’artificialité des multiples enduits dictés par la société marchande et d’en souligner chaque jour, autant que peut se faire, sa vitalité et sa générosité qui désarçonnent et viennent remettre constamment en jeu les places, les rôles et les identités. 
DA

« Together at last »Natasha Caruana
Jusqu’au samedi 18 juin, les arts au mur artothèque, Pessac (33)
www.lesartsaumur.com