MOUVEMENTS D’ARTS – La Ville de La Teste-de-Buch lance cet automne la première édition d’une manifestation pluriculturelle avec une thématique consacrée au voyage. Adjointe déléguée à la vie culturelle, Dominique Poulain fait les présentations.
Propos recueillis par Marc A. Bertin

Mouvements d’arts fait la part belle aux talents locaux plutôt que de solliciter des noms bien en vue, non ?C’est une volonté affichée et revendiquée par notre maire, Patrick Davet, de mettre en avant les artistes locaux, des femmes testerines associées à des talents émergents. Une nouvelle expérience, une nouvelle forme culturelle. Toutefois, à l’avenir, rien ne nous empêchera de songer à agrandir le cercle. Nous avons consacré 5 mois à l’élaboration de cette manifestation avec l’aide d’artistes confirmés ou amateurs.

Quatre pratiques à l’honneur, c’est assez ambitieux pour une première édition…
…là encore, un désir de mélanger le plus grand nombre d’expressions possibles. Cette année, musique, danse, photographie et peinture sont mises en avant, avec des expositions visibles jusqu’au 6 novembre. Pour les prochaines éditions, nous verrons au moment venu quel nombre de médiums nous retiendrons. En outre, la notion de « mouvements » impliquait de facto un mélange des pratiques.

Pourquoi avoir retenu comme thématique le voyage ?
Après des mois de crise sanitaire, ponctuée par tant de confinements, le voyage s’est naturellement imposé ! De manière générale, le besoin d’évasion est une évidence.

Vous avez structuré plusieurs parcours dans une ville extrêmement étendue, n’est-ce pas complexe ?
À nos yeux, tout le territoire testerin est important, on ne sait dissocier le centre-ville du Pyla et de Cazaux, où l’on trouve des œuvres rappelant ce qui se passe dans le centre. Nous avons instauré une médiation quotidienne, sur inscription, à 11h et 15h, mais également des QR codes devant chaque œuvre avec un contenu enrichi rédigé par chaque artiste avec un accompagnement musical inédit.

Trouver une place dans une saison pour une nouvelle manifestation relève-t-il du casse-tête ?
Le bilan de cette première édition dira si nous maintenons ou pas à cette période, mais entre notre salon de la BD, nos animations estivales et autres actions menées notamment par l’office de tourisme, il faut à tout prix éviter que les événements s’entrechoquent.

On peut supposer que vous souhaitez séduire au-delà de La Teste-de-Buch ?
Oui, clairement, attirer le public le plus large possible, on ne peut rester dans l’entre-soi, il faut viser plus loin que le bassin d’Arcachon, que les Bordelais et les Bordelaises viennent. On constate un réel engouement populaire dans la ville, il n’y a pas de raison que Mouvements d’arts n’intéressent pas d’autres publics.

Mouvements d’arts, jusqu’au dimanche 7 novembre, La Teste-de-Buch (33).
Informations, programme et réservations www.lastestedebuch.fr