VILLA PÉROCHON

Abhorré et méprisé par certains, plébiscité par une nuée d’internautes, le selfie s’exhibe dans toute son ambivalence au centre d’art contemporain photographique de Niort.

En 2002, un jeune étudiant australien prend en photo sa lèvre tuméfiée à la suite d’une soirée trop arrosée et la poste sur un forum avec la légende suivante : « I had a hole about 1 cm long right through my bottom lip. And sorry about the focus, it was a selfie. » Bien que le mot ne soit entré dans le dictionnaire qu’une dizaine d’années plus tard, cette anecdote fondatrice rejoint la définition même du terme : un autoportrait numérique généralement réalisé avec un smartphone et publié sur les réseaux sociaux.
Élu mot de l’année en 2013 par les Dictionnaires d’Oxford, le selfie a inspiré l’exposition créée il y a un an à l’occasion du festival Portrait(s) à Vichy. Imaginé par Olivier Culmann, membre de Tendance Floue, l’accrochage fait escale à la Villa Pérochon jusqu’à la fin de l’année avec des photos signées par des amateurs et des artistes.
Oscillant entre dérision, addiction, frivolité, orgueil, humour, marketing, ineptie et réappropriation distanciée, cette pratique populaire se dévoile dans toute l’ambiguïté de son renversement inaugural. « Alors que depuis sa création, l’appareil photographique était dirigé – comme notre oeil – de soi vers les autres, sa direction s’est brusquement inversée. Pourquoi avons-nous ressenti le besoin de cette inversion ? » (Olivier Culmann).

Anna Maisonneuve

« Selfies Ego/Égaux »,
jusqu’au dimanche 27 décembre,
Villa Pérochon, Niort (79).
Ouverture exceptionnelle le 27/12, de 14h à 18h.
www.cacp-villaperochon.com